SILENDA

Laura Simi & Damiano Foà

Tels des collectionneurs de mouvements, Laura Simi et Damiano Foà voyagent à l’intérieur et à l’extérieur du corps, lieu de transfiguration. Les états émotionnels dans le mouvement, la danse comme expérience de la fragilité, la poétisation des pulsions de notre époque, la fragilité comme seule force créatrice sont des thématiques de recherche chères à Silenda.

Originaires de Florence, Laura Simi et Damiano Foà quittent leur Italie natale pour rejoindre New York et se former auprès de figures majeures de la danse contemporaine : Alwin Nikolais, Martha Graham, Hans Zullig et Kazuo Ohno. Ils arrivent ensuite en France et collaborent avec les chorégraphes Santiago Sempere, Sidonie Rochon, Jean-Pierre Perrault, Brigitte Asselineau, Héla Fattoumi et Eric Lamoureux.

Laura Simi et Damiano Foà fondent en 1993 la compagnie Silenda. Ils remportent plusieurs prix, dont le prix du meilleur solo au concours de Cagliari pour leur création Festina Lente, et le Grand prix SACD des Jeunes auteurs aux Rencontres chorégraphiques internationales de Bagnolet en Seine-Saint-Denis pour Affrettati Lentamente. Après plusieurs tournées internationales en Allemagne, au Portugal, dans les Pays de l’Est, en Espagne, au Japon, en Corée, ils travaillent sur différentes résidences (La Courneuve, Bagnolet, Le Blanc-Mesnil) tout en poursuivant leur chemin d’interprètes.

Par trois fois, ils participent au SKITE, chantier international d’artistes créé par Jean-Marc Adolphe à Paris et Lisbonne. Ils y rencontrent Meg Stuart, Alain Platel, Sonia Leontieff… Ils collaborent avec plusieurs artistes de nombreuses disciplines, en France et en Italie, et déclinent leur travail notamment à travers des installations vidéos.
Tels des collectionneurs de mouvements, Laura Simi et Damiano Foà voyagent à l’intérieur et à l’extérieur du corps, lieu de toutes métamorphoses. Les états émotionnels dans le mouvement, la danse comme expérience de la fragilité, comme espace ouvert aux accidents de la vie, la poétisation des pulsions de notre époque, la fragilité comme seule force créatrice et comment la danse révèle des conditions sont des thématiques de recherche chères à Silenda.

La compagnie explore aussi la transmission de la danse et du geste auprès de publics de tous âges et de tous horizons, dans le cadre de Culture à l’Hôpital par exemple, ou de Résidence territoriale dans des établissements scolaires.

SILENDA est signataire de De l’Hospitalité-Manifeste Normand
http://www.change.org/p/manifeste-normand

et fait partie de La Coopérative Chorégraphique, regroupement d’artistes de la danse au Sépulcre à Caen ( Noesis – Moi Peau – Les Chronophages – Silenda – Kashyl), projet soutenu par la Ville de Caen.